4 vérités sur les radars.

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Filament.io 0 Flares ×


En 2003, quand les radars ont été installés, la grande majorité des conducteurs approuvaient leur mise en place. On leur avait dit que les radars sanctionneraient les grands délinquants de la route, et amélioreraient la sécurité routière.

Aujourd’hui, un sondage montre que deux conducteurs sur trois refusent la mise en place de nouveaux radars. Pourquoi ce changement ? Parce qu’on sait désormais que les radars ne sauvent pas de vies, qu’ils flashent en majorité les conducteurs qui n’ont pas une conduite dangereuse mais dépassent d’un km/h ou deux la limitation de vitesse, et que l’argent ponctionné par les radars ne sert pas à améliorer la sécurité routière.

Voici quatre grandes vérités sur les radars, à garder en tête et à diffuser le plus largement possible :

 

Vérité n°1 : la baisse de la mortalité routière est bien antérieure à la mise en place des radars


Le nombre de tués sur les routes est en baisse depuis plus de 30 ans : il est passé de quatorze mille en 1973 à cinq mille en 2003. Cette amélioration de la sécurité routière d’année en année est due principalement à l’optimisation de la sécurité dans les véhicules, à la modernisation du réseau routier, à la lutte contre l’alcoolisme au volant, aux campagnes de sensibilisation et à une répression ciblée et mesurée.

Rien à voir avec l’installation des radars fin 2003 !

Vérité n°2 : A ce jour, aucune étude scientifique française n’établit un lien direct entre vitesse et mortalité routière

Au lieu de mener des analyses poussées sur les causes d’accidents, le gouvernement nous rabâche en boucle son éternel dogme: « 1 % de vitesse en moins, c’est 4 % de morts en moins ». Mais au final, quelle est la base scientifique de cette affirmation ? Apparemment il s’agirait d’une vague étude suédoise datant des années 1980, jamais réactualisée depuis, ni même adaptée à la réalité française.

Mais c’est un dogme très pratique : il permet de s’acharner sur la vitesse, et de faire passer le moindre petit dépassement de la limite autorisée pour un acte criminel. Ce qui, bien sûr, légitime les radars dont 93 % des flashs concernent des dépassements de moins de 20 km/h.

C’est pour cela qu’on le préfère à d’autres études, menées par exemple aux Etats-Unis, qui montrent au contraire que permettre aux conducteurs d’adapter leur vitesse aux conditions de conduite fluidifie le trafic et fait baisser le nombre d’accidents.

 

Vérité n°3 : deux radars sur trois ne sont pas placés à des endroits dangereux

C’est ce qu’a révélé le magazine Autoplus en avril 2010, d’après une étude poussée de chaque radar du pays et des zones répertoriées comme accidentogènes.

Pour qui croirait encore que l’emplacement des radars est choisi pour éviter les accidents, et non pour faire du chiffre, rappelons que parmi les 60 radars qui flashent le plus en France, 50 se trouvent sur autoroute, le type de réseau le plus sûr du pays !

 

Vérité n°4 : l’argent des radars ne sert pas à améliorer la sécurité routière

Les radars rapportent gros : 974 millions d’euros en 2010 ! Voici comment a été réparti cet argent :

– 517 millions d’euros sont partis directement dans les caisses de l’Etat

– 212 millions d’euros ont été versés aux entreprises qui fournissent et entretiennent les radars (SAGEM, SPIE…)

– 180 millions d’euros ont été alloués à l’Agence de Financement des Infrastructures de Transport (AFITF), qui a la charge de répartir ces fonds entre projets de transport ferroviaire, routier et fluvial.

– 35 millions d’euros sont allés financer l’Agence nationale pour la Cohésion Sociale et l’Egalité des Chances

– 30 millions d’euros ont été accordés aux départements, qui ont la charge d’entretenir la majorité du réseau routier (377 986 km de routes départementales et 11 640 km de routes nationales)

C’est sur ce type de routes qu’ont lieu 3 accidents mortels sur 4, et pourtant il s’agit de la part la plus faible dans le pactole des radars.

Les nids-de-poule se multiplient, des chaussées déformées ne sont pas réparées, des carrefours dangereux ne sont jamais aménagés…

Et on vient nous dire que c’est en installant des radars partout qu’on améliore notre sécurité sur les routes ?

Il est temps de mettre fin à cette supercherie.

S’il vous plait, participez vite à la Consultation Nationale sur les Radars et donnez votre avis sur la mise en place de nouveaux radars, annoncée par le gouvernement.

A quelques mois des élections, les hommes politiques sont accrochés aux sondages, ils calent leurs programmes électoraux sur l’opinion publique.

Nous voulons leur montrer ce que pensent vraiment des Français des radars, pour qu’ils modifient leur politique en conséquence.

C’est pourquoi la Ligue de Défense des Conducteurs organise une grande Consultation Nationale sur les Radars. Vous pouvez y participer en cliquant ici.

Les résultats de cette Consultation Nationale ne seront pris en compte par les hommes politiques que si un nombre très important de Français y participe.

C’est pourquoi, après avoir donné votre avis sur les nouveaux radars que le gouvernement veut mettre en place cette année, je vous demande de faire suivre ce message à vos amis, vos collègues ou vos proches, pour qu’un maximum de Français répondent à notre Consultation Nationale sur les Radars.

Merci par avance pour votre participation.

 

Christiane Bayard
Secrétaire générale
Ligue de Défense des Conducteurs

 

 

 

Pour accéder directement à la Consultation
Nationale sur les Radars, cliquer ici

 

Share SHARE

À propos de FLASH1ER

Bonjour cher lecteur de mon blog, La photo que vous voyez en tête de ma page représente le haut de la villa que nous avons habité de 1986 à l'an 2000. Nous habitons maintenant la résidence du Palais Victoria, dans le nouveau quartier du Béal. La photo de celui-ci ainsi que mes coordonnées figurent dans mes sites http://www.cany1.fr et http://cany.eu Je suis né en 1930. J'ai obtenu le Certificat d’Études Primaires et effectué 3 ans d'études secondaires dans un Collège de Jésuites, à Saint-Calais dans la Sarthe, en section classique (latin, grec). J'ai acheté mon premier micro-ordinateur en 1975, au SICOB à Paris-La-Défense. J'ai travaillé à l'AFP à Paris, comme télétypiste hors classe. Je tapais à 86 mots-minute minimum. Test effectué durant 15 minutes sans erreur. J'ai élevé 5 enfants (à 27 ans, j'en avais déjà 4). Je n'ai jamais eu un jour d'arrêt de travail jusqu'à ma retraite que j'ai prise à 60 ans. Au contraire, j'ai eu des périodes où je travaillais pour deux employeurs (75 heures par semaine en moyenne). J'ai créé et géré le 1er Secrétariat Privé de Télex au Monde en 1962 (FLASH TELEX). Il n'y avait alors que 2000 abonnés au Télex en France... J'ai créé et géré également la 1ère entreprise de travail temporaire exclusivement réservée aux télexistes (FLASH OFFICE) et le CENTRE NATIONAL PRIVE DE FORMATION DE TELEXISTES dont j'ai été nommé Directeur par le Rectorat de Paris en 1964. Depuis 2006, je diffuse divers abattants WC japonais sur mes sites cany.eu et cany1.fr. Ces abattants-bidets permettent une hygiène impeccable en supprimant le papier-toilette non hygiénique. Ils remplacent très avantageusement les bidets ordinaires obsolètes en ne prenant aucune place supplémentaire...
Ce contenu a été publié dans Faits de Société, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.
Fatal error: Uncaught Exception: 190: Invalid OAuth access token signature. (190) thrown in /htdocs/public/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273