Après le drame de Brétigny, en plein ramadan, des bandes volent les cadavres et les blessés, et caillassent les sauveteurs

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Filament.io 0 Flares ×

13 juillet 2013 | Classé dans: Société | Posté par: Jean-Patrick Grumberg

Si les « jeunes » sont capables de telles exactions après le drame de Brétigny, c’est que rien ne les arrêtera plus. Et cela s’est produit pendant ramadan.

Europe 11, hier soir écrivait qu’« alors qu’ils tentaient de porter secours aux victimes du déraillement du Paris-Limoges, dans lequel au moins six personnes ont trouvé la mort, ils ont dû faire face à des jets de pierres de la part d’un petit groupe de jeunes ».

A l’origine de l’agression, des pillards, venus voler sur les corps des morts et des blessés

« Ils semblent porter secours aux victimes », déclarait Nathalie Michel, du syndicat de police Alliance au micro d’Europe 1 : « A 17 heures 30, alors que nos collègues interviennent, ils voient un groupe de jeunes qui approchent et qui semblent porter secours aux victimes. Très rapidement, ils se rendent compte que ces individus sont présents pour dépouiller les victimes et notamment les premiers cadavres », s’insurge la syndicaliste.

Insultés qu’on ne les laisse pas continuer à dépouiller les morts

Les policiers décident alors de chasser les monstres – car monstre est le terme qui convient – mais les « jeunes » n’entendent pas se laisser faire : ils se sentent insultés qu’on ne les laisse pas dépouiller les morts et les blessés trop faibles pour résister.

Alors ces jeunes, pour la plupart, sinon la totalité, issus de l’immigration musulmane, ripostent aux forces de l’ordre. Jets de pierres contre la police, mais pas seulement.

Pompiers caillassés pendant qu’ils sauvent des vies

Alors que les pompiers s’activent pour sortir les blessés – on en dénombrait plus de 60 dans un train de 380 personnes, il se feront caillasser par les bandes. Pour s’en débarrasser, les secours sont contraints de demander des renforts. « C’est inqualifiable, monstrueux », ajoute encore Nathalie Michel, écœurée.

Au moins un suspect a été arrêté pour vol du téléphone portable d’un personnel du SAMU, lui aussi agressé, et ce suspect, connu de la justice et arrêté une multitude de fois, sera sans doute relâché par la « justice ».

Les autres ont peu de chances d’être retrouvés : une partie des caméras de la gare était hors-service après l’accident.

Le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, nie en bloc et conteste « tout acte commis en bande ». C’est le symbole du sens moral du gouvernement socialiste, c’est le scandale autour du drame. Interrogé ce samedi matin sur iTélé, il indique ne pas avoir pas eu connaissance «de victimes dépouillées» par des délinquants. Il évoque des «actes isolés», «une personne interpellée», «une tentative de vol de portable» au préjudice d’un secouriste, de «pompiers qui, par petits groupes, ont été accueillis de façon un peu rude»(JPG : un peu rude ? c’est révoltant). Mais de «véritables actes commis en bande, non», affirme-t-il.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir les nouveaux articles de Dreuz, une fois par jour en fin d’après-midi.

Selon le Parisien2 les témoignages concordent et font passer le ministre pour un con:

Une heure après la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge (Essonne), vers 18h30, alors que les secours se déployaient en masse autour de la gare, une cinquantaine de jeunes gens s’en sont pris à la police, tentant de forcer le barrage mis en place.

Des compagnies républicaines de sécurité (CRS) sont alors intervenues, pour repousser d’une centaine de mètres le périmètre de sécurité.

C’est à ce moment-là que des heurts ont eu lieu avec une partie des jeunes, dont certains ont commencé à caillasser plusieurs véhicules du Samu qui n’avaient pas pu prendre place à l’intérieur du périmètre.

Un secouriste s’est fait voler son téléphone portable. Certaines sources policières affirment que des victimes de l’accident et une journaliste ont été elles aussi, dépouillées de leurs sacs à main ou téléphones. Les policiers ont procédé à six interpellations, dont deux se sont soldées par une garde à vue. Vers 19h30, repoussés par les CRS, curieux et agitateurs ont déserté la zone.

Une journaliste de France 3 sur son compte Twitter a indiqué que « les journalistes ont dû se réfugier derrière les CRS ».

L’information est confirmée sur la Libre.be3. Le ministre a bien ajouté le mensonge à l’horreur pour couvrir les racailles :

« Certaines sources policières affirment aussi que des victimes, des secouristes et des journalistes ont été dépouillés de leur sac et de leur GSM. Six interpellations ont eu lieu et deux personnes ont été placées en garde-à-vue. »

Le déraillement du train à Brétigny a emporté 6 personnes et fait des dizaines de blessés. Nous présentons nos condoléances aux familles des victimes, et saluons les secours et les policiers qui ont travaillé toute la nuit pour sauver ceux qui pouvaient l’être.

Le dépouillage des cadavres et des blessés est une autre affaire, comme le caillassage des secours pour tenter de les empêcher de sauver les passagers.

La description par un journaliste d’Europe 1 de cette infamie comme étant « des incivilités » est un terrible signe de délabrement des valeurs portées par les élites et les médias, tout comme la complice négation de ces monstruosités par le ministre des Transports, qui décrit les caillassages des policiers et du Samu comme un accueil « un peu rude ».

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

1http://www.europe1.fr/Faits-divers/Bretigny-les-secours-ont-ete-caillasses-1582707/

2http://www.leparisien.fr/faits-divers/audio-bretigny-le-samu-caillasse-les-victimes-depouillees-13-07-2013-2978217.php
3http://www.lalibre.be/actu/international/bretigny-jets-de-pierre-et-victimes-depouillees-51e1055d357004d3e6149c3a#.UeEGAK-pAwQ.twitter

Share SHARE

À propos de FLASH1ER

Bonjour cher lecteur de mon blog, La photo que vous voyez en tête de ma page représente le haut de la villa que nous avons habité de 1986 à l'an 2000. Nous habitons maintenant la résidence du Palais Victoria, dans le nouveau quartier du Béal. La photo de celui-ci ainsi que mes coordonnées figurent dans mes sites http://www.cany1.fr et http://cany.eu Je suis né en 1930. J'ai obtenu le Certificat d’Études Primaires et effectué 3 ans d'études secondaires dans un Collège de Jésuites, à Saint-Calais dans la Sarthe, en section classique (latin, grec). J'ai acheté mon premier micro-ordinateur en 1975, au SICOB à Paris-La-Défense. J'ai travaillé à l'AFP à Paris, comme télétypiste hors classe. Je tapais à 86 mots-minute minimum. Test effectué durant 15 minutes sans erreur. J'ai élevé 5 enfants (à 27 ans, j'en avais déjà 4). Je n'ai jamais eu un jour d'arrêt de travail jusqu'à ma retraite que j'ai prise à 60 ans. Au contraire, j'ai eu des périodes où je travaillais pour deux employeurs (75 heures par semaine en moyenne). J'ai créé et géré le 1er Secrétariat Privé de Télex au Monde en 1962 (FLASH TELEX). Il n'y avait alors que 2000 abonnés au Télex en France... J'ai créé et géré également la 1ère entreprise de travail temporaire exclusivement réservée aux télexistes (FLASH OFFICE) et le CENTRE NATIONAL PRIVE DE FORMATION DE TELEXISTES dont j'ai été nommé Directeur par le Rectorat de Paris en 1964. Depuis 2006, je diffuse divers abattants WC japonais sur mes sites cany.eu et cany1.fr. Ces abattants-bidets permettent une hygiène impeccable en supprimant le papier-toilette non hygiénique. Ils remplacent très avantageusement les bidets ordinaires obsolètes en ne prenant aucune place supplémentaire...
Ce contenu a été publié dans Faits de Société, France, racailles. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.
Fatal error: Uncaught Exception: 190: Invalid OAuth access token signature. (190) thrown in /htdocs/public/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273