Sarko et Bruni vont-ils rembourser les Français ?

0 Flares Twitter 0 Facebook 0 Filament.io 0 Flares ×

 Sarkozy-Bruni-1

Michel Garroté, réd en chef  DREUZ-INFO –-  L’on sait désormais que les dépenses de Nicolas Sarkozyet de Carla Bruni de 2007 à 2012 furent exorbitantes. Nombreuses conférences internationales totalement inutiles (y compris celle avec Kadhafi en 2007 celle de l’Union Pour la Méditerranée avec le dictateur syrien Bachar Al-Assad en 2008) ; innombrables déplacements dans l’Hexagone  –  en avion avec garde aérienne et non pas en TGV  –  facturés chacun 50’000 euros ; discours officiels et moins officiels, pratiquement un jour sur deux ; coûteuse guerre de Libye entraînant l’extension du djihad terroriste à de nombreux pays de la région ; augmentation de la dette et du déficit.

Bref, l’immature couple bling-bling s’est surpassé pendant cinq ans, provoquant ainsi lui-même  –  par son comportement infantile et narcissique à grands frais  –  un inévitable antisarkozysme au sein du peuple et des médias. Sans oublier les humoristes pour lesquels le quinquennat de Sarkozy & Bruni fut un véritable Age d’Or de l’humour politique.

A ce propos, le financement du site carlabrunisarkozy.org continue de faire polémique, plus de 80’000 pétitionnaires réclamant que l’ex-Première dame rende aux Français les 410.000 euros qui ont financé son site, une dépense jugée exorbitante par des développeurs de sites Webeux-mêmes.

Tout est parti d’un rapport de la Cour des Comptessur la gestion de l’Elysée qui mentionne au chapitre des dépenses de communication celles concernant le site Internet spécifique dédié à la conjointe du président, financé par le budget de la présidence, en clair, par les contribuables, pour un coût de 330.000 euros en 2011, puis 80.000 euros en 2012, soit un total de 410.000 euros.

Un expert note que la cour des comptes a réaffirmé que dans son rapport, il s’agit bien du site carlabrunisarkozy.org, qui a été financé sur une période allant de 16 à 17 mois pour deux rubriques du site qui n’existent plus aujourd’hui  –  soit la rubrique agenda et une autre consacrée aux enfants et mères atteints du sida  —  et qui étaient donc afférentes aux activités de la première dame de l’époque.

Un site web est un nom de domaine, en l’occurrence carlabrunisarkozy.org : les deux rubriques en question ont disparu mais quand on regarde aujourd’hui on voit par exemple que le registrant, soit le titulaire du nom de domaine, est toujours domicilié à l’Elysée. D’un point de vue technique la somme consacrée à un site aujourd’hui en état de décrépitude technique est énorme, estime l’expert.

De son côté, le député René Dosière, scrutateur des dépenses de l’Etat, regrette qu’aucune loi ou règlement n’impose à l’Elysée une mise en concurrence pour attribuer un marché tel que la réalisation d’un site Internet. Depuis que la Cour des comptes contrôle les budgets de l’Elysée, il faut utiliser les procédures publiques normales d’appel d’offres. 410.000 euros, c’est une somme astronomique pour une simple réalisation de site et pour le moment on n’a aucune trace de qui l’a réalisé et de comment il a été réalisé.

C’est Nicolas Bousquet, développeur de sites web qui a initié la pétition en ligne exigeant que Carla Bruni-Sarkozy rende cet argent aux Français. La pétition comptabilise plus de 81.000 signatures. « Moi dans mon secteur, avec une telle somme, j’engage 10 personnes que je paie pendant 18 mois », déclare Nicolas Bousquet. En passant par une agence dite chère, un tel site aurait coûté au grand maximum 20.000 euros.

Au-delà de la polémique sur le site Internet de Carla Bruni, la question que moi je me pose, c’est de savoir comment il peut encore y avoir des sarkozystes au sein de l’UMP…

Reproduction autorisée avec mention :

© Michel Garroté www.dreuz.info

Source (s) :

http://www.bluewin.ch/fr/index.php/500,861001/La_polemique_enfle_a_propos_du_site_de_Carla_Bruni-Sarkozy/fr/people/afp/

Share SHARE

À propos de FLASH1ER

Bonjour cher lecteur de mon blog, La photo que vous voyez en tête de ma page représente le haut de la villa que nous avons habité de 1986 à l'an 2000. Nous habitons maintenant la résidence du Palais Victoria, dans le nouveau quartier du Béal. La photo de celui-ci ainsi que mes coordonnées figurent dans mes sites http://www.cany1.fr et http://cany.eu Je suis né en 1930. J'ai obtenu le Certificat d’Études Primaires et effectué 3 ans d'études secondaires dans un Collège de Jésuites, à Saint-Calais dans la Sarthe, en section classique (latin, grec). J'ai acheté mon premier micro-ordinateur en 1975, au SICOB à Paris-La-Défense. J'ai travaillé à l'AFP à Paris, comme télétypiste hors classe. Je tapais à 86 mots-minute minimum. Test effectué durant 15 minutes sans erreur. J'ai élevé 5 enfants (à 27 ans, j'en avais déjà 4). Je n'ai jamais eu un jour d'arrêt de travail jusqu'à ma retraite que j'ai prise à 60 ans. Au contraire, j'ai eu des périodes où je travaillais pour deux employeurs (75 heures par semaine en moyenne). J'ai créé et géré le 1er Secrétariat Privé de Télex au Monde en 1962 (FLASH TELEX). Il n'y avait alors que 2000 abonnés au Télex en France... J'ai créé et géré également la 1ère entreprise de travail temporaire exclusivement réservée aux télexistes (FLASH OFFICE) et le CENTRE NATIONAL PRIVE DE FORMATION DE TELEXISTES dont j'ai été nommé Directeur par le Rectorat de Paris en 1964. Depuis 2006, je diffuse divers abattants WC japonais sur mes sites cany.eu et cany1.fr. Ces abattants-bidets permettent une hygiène impeccable en supprimant le papier-toilette non hygiénique. Ils remplacent très avantageusement les bidets ordinaires obsolètes en ne prenant aucune place supplémentaire...
Ce contenu a été publié dans Economie, Faits de Société, France, Politique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.
Fatal error: Uncaught Exception: 190: Invalid OAuth access token signature. (190) thrown in /htdocs/public/www/wp-content/plugins/seo-facebook-comments/facebook/base_facebook.php on line 1273